L'Orchidée de Caillebotte

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

monmenu


L'Orchidée de Caillebotte

Salon des ateliers

Salon des ateliers                                        EXPOSITION CAILLEBOTTE

Salle André Malraux                                    FERME ORNEE A YERRES ... INFO : Tel 01 80 37 20 61

du 11 au 18 juin 2014                          du 5 avril au 20 juillet 2014  ... Site : http://proprietecaillebotte.com

Qui sommes-nous ?

ORCHIDÉE de CAILLEBOTTE


Découverte ou création d'un horticulteur passionné ? En fait, non.

Avec l'existence de quelques 15 000 espèces appartenant à la famille des orchidacées, la nature y pourvoie déjà très bien elle-même. Aussi, faut-il chercher ailleurs.

Effectivement du côté de créateurs, non pas d'orchidées mais d'une association qu'une petite quinzaine de personnes décida de créer un beau jour de novembre 1990 afin de se retrouver pour dessiner et peindre, échanger des idées et des techniques picturales et exposer les œuvres réalisées.

Cherchant un nom pour leur association, ces personnes choisirent de rendre hommage à un homme (presque) comme eux, peintre (un peu plus renommé), yerrois aussi (un temps seulement) et horticulteur. Un hommage d'autant mieux appuyé qu'un lieu perpétuant la mémoire de cet homme semblait à même d'abriter leur expression artistique.

Quand Gustave Caillebotte (1848-1894) hérite en 1874 de la propriété familiale de Yerres dont l'aménagement s'inspirait des parcs paysagers anglais de l'époque, il a déjà abandonné le droit depuis un moment pour entrer dans l'atelier du peintre Léon Bonnat et réussi l'examen d'entrée à l'école des Beaux-Arts.

L'importante fortune dont il a hérité de son père Martial, lequel a su tirer profit des aménagements auxquels le baron Haussmann soumet Paris, va lui permettre, non seulement de se consacrer à sa passion pour la peinture, mais également d'être le mécène d'amis, peintres comme lui : Degas, Cézanne, Renoir ou Monet.

Caillebotte est un peintre du quotidien et ses années yerroises, entre 1860 et 1879, jouent un rôle important dans sa formation picturale : parmi les quelques 80 toiles qu'il y peignit, Périssoires sur l'YerresPortraits à la campagne,Pêche à la ligne ou Baigneurs des bords de l'Yerres s'inscrivent dans la première période de l'impressionnisme. Dessin clair, cadrage efficace, son œuvre est également originale par sa technique « réaliste » très proche de l'art photographique notamment dans Jeune Homme à sa Fenêtreles Raboteurs de ParquetLe Déjeuner, ce qui lui vaut de connaitre le succès, surtout aux États-Unis alors que Zola trouvera « qu'une photographie de la réalité, lorsqu'elle n'est pas rehaussée par l'empreinte originale du talent de l'artiste est une chose pitoyable » (comme quoi un grand écrivain peut avoir bien des aprioris.

Personnage aux multiples facettes, Caillebotte s'intéressera aussi à l'horticulture, à la philatélie puisqu'il fut aussi l'un des fondateurs de la Société Française de Timbrologie, non sans se révéler également régatier averti et éminent architecte naval. Collectionnant les toiles de ses amis peintres. Caillebotte lèguera à sa mort soixante sept tableaux impressionnistes de sa collection personnelle à l'État qui n'en acceptera finalement que trente huit après de violentes polémiques.

Mis en valeur grâce à la municipalité et devenue un élément majeur du patrimoine yerrois, la propriété Caillebotte conserve encore aujourd'hui son ambiance impressionniste, et c'est là, en particulier au Casin (de l'italien casino, un bâtiment au style palladien) que les quelques 150 membres de l'association se réunissent pour se livrer à leur passion.

Soutenue activement par la municipalité (la cotisation est quasiment symbolique), l'association d'arts plastiques ouvre plusieurs ateliers chaque mois, aux enfants aussi bien qu'aux adultes, aux amateurs de pastel, d'aquarelle ou d'huile, et même de nus sur modèles vivants, où chacun peut effectivement y peindre et trouver les conseils d'animateurs bénévoles, eux-mêmes peintres d'excellents niveaux. De plus, chaque année, l'association organise également des stages de dessin et de peinture, souvent en décors naturels en bord de mer, à la montagne ou à la campagne (Bretagne, Alsace, Marais Poitevin), des sorties culturelles et artistiques (Grande Bretagne, Reims) non sans participer aussi à sa manière au Téléthon.

Fêté dans l'Orangerie de la propriété Caillebotte en 2010, le vingtième anniversaire de l'association a non seulement souligné le chemin parcouru sous l'impulsion de Jacques LecoudChantal Ropars et de Jean-Pierre Magnin, l'actuel président, mais également montré que l'art peut à la fois être un investissement personnel gratifiant, contribuer à tisser du lien social autour d'une passion artistique partagée ce jour-là par plusieurs centaines de personnes et offrir un de ces rares moments presque magiques dans une atmosphère conviviale, musicale et bien sûr picturale avec l'exposition de près de quatre-vingt toiles des membres de l'association.

Toutes choses qui pourraient bien faire de Yerres un lieu culturel majeur en Ile de France comme l'est Giverny.



Michel DALEMAGNE

 

 

 

 

 

 

 

 

You are here: